Logo letter
Couverture_2

Pour aller directement sur la description de mon roman, cliquez sur ce lien:

http://www.lulu.com/content/livre-reli%c3%a9-%c3%a0-couverture-rigide/lelu-de-latlantide/15483279

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

LITTÉRATURE

  L'Elu de l'Atlantide

Une légende née de son histoire

a fait de son histoire, une légende.     

 

Il fut un temps lointain où les légendes fleuraient bon le mystère. L'Atlantide fait partie de ces histoires que l'on voudrait sans fin, que ce mystère n'en soit plus un.     

Henri était un homme comme un autre, passionné de peinture et de lecture, d'écriture ainsi que de légende. La mer, le ciel, les entrailles de la terre, tout le fascinait.     

C'est à ce moment là que sa vie bascula, alors qu'il s'installait, comme chaque jour devant son chevalet pour peindre cette merveilleuse crique aux odeurs étranges, à la beauté trop envoûtante pour qu'elle fusse réelle. La mer l'appelait. Il y répondit en la pénétrant comme on s'insère dans le ventre d'une femme, doucement, sans brutalité. ​      L'appel des enfants des profondeurs, leurs rires, cette paisible folie qui donne à l'aventure ce goût d'exotisme, la perspective de faire de lui l'homme poisson dont il avait rêvé d'être, comme l'homme oiseau qu'il pensait un jour devenir. Tout cela n'était que folie imaginaire, évasion d'un monde fade qui ne reflèterait jamais celui dans lequel il avait toujours espéré vivre.​     

Un monde nouveau qui s'étendait au-delà les limites du naturel, une nouvelle vision de l'existence …

L'Elu de l'Atlantide allait naître.

GuyR.

product_thumbnail

 

L'Héritier

Roman Policier

On ne meure

pas qu'une fois

 

   Le jour suivait la venue de l'aube, une aube annonçant l'espoir. Il fallait se donner l'envie d'être heureux, ce pouvoir qui permet beaucoup, qui offre tout. Grégoire n'avait rien à envier à qui que se soit, surtout au plus nantis.
Dés son rêve évanoui dans la première lueur du jour, il se sentit de nouveau bien, souriant, chantonnant, l'esprit à portée d'un bonheur qui se dessinait, sans qu'il sache lequel, ni pourquoi, certainement pas comment. Mais, qu'importe ! Savoir n'était pas de son fait.

 

Mona Lisa

Roman Policier

On ne meure

pas qu'une fois

 

C'était la fin de l'été, un début d'automne comme on en voit chaque fin de belle saison, ou presque. C'était un jour de fin de semaine, un dimanche qui ressemblait à tous ceux que l'enfant connaissait déjà. C'était un après-midi. Deux pieds nus dépassaient d'un fourré, chemin du Damoiseau, sur les hauteurs d'un petit village de Bretagne situé non loin de la mer. Ce jour-là, il plut sans discontinuer, toute la journée.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le plus jeune enfant de la famille Coquillard fut soudain sorti de ses rêveries. Il crut tout d'abord à un vieux sac poubelle jeté là par quelque malpropres issus de la bêtise humaine, ce qui le fit pester contre le crétin qui avait osé. Le maire serait satisfait de dresser un procès-verbal à ce primaire. Avant cela, le gamin prendrait la photo d'usage, rangerait les ordures dans un autre sac.

Depuis quelques mois, il préservait son argent de poche à l'abri de toute tentation, pour se munir de matériel sophistiqué, celui du parfait détective. Dans le grenier de la maison était emménagé un bureau, près de son petit laboratoire presque vide, jouxtant sa bibliothèque achalandée de très bons livres. Cette dernière était installée contre le mur du pignon sud de la maison.

Dans la famille Coquillard étaient nés deux enfants allant de douze à dix ans. Personne ne s'ennuyait dans ce petit confort, une maison éloignée de la ville.

GuyR.

 

Certes, toutes les minutes de sa vie comptaient, pour observer les alentours, s'anoblir des splendeurs qu'on lui offrait, gratuitement ou presque, car, fallait-il encore les respecter, les mériter.

Au sortir de la tente en toile vert foncé, presque caca d'oie, il s'étira à s'en déchirer les muscles, bailla à s'en décrocher la mâchoire, le pas hésitant, comme celui d'un être qui émerge d'un coma de plusieurs années. Pour quelques instants encore, son corps n'obéit pas, pour quelques instants seulement, car, au cours d'une petite ballade aux alentours, le grand air fit son oeuvre. Ne jamais décliner la bonté de dame nature, avoir la certitude d'être encore et de nouveau, son complice. Chaque muscle se réveilla au contact de la vie qu'elle leur soumettait.

GuyR.

 

Couverture

P'tit Tom

Roman Aventure

 

 

Ecoute petit, écoute bien ce qui suit et tu comprendras sans doute ce qu'est l'amour, ce que devient le rêve, ce qu'une vie sans importance peut porter de magique au fil du temps, lorsqu'on aime.


   Nicolas Sanspère n'était pas homme à se laisser abattre par je ne sais quelle

obstination du destin. Maintes fois ballotté dans sa jeunesse il s'en était sorti avec honneurs. Quand à ceux qui médisaient sa naissance, il ne leur répondait jamais.

Cet homme avoisinant la soixantaine allait par les chemins et les routes à la rencontre de je ne sais quoi. L'amour, il n'y croyait plus. L'amitié, il l'avait laissé là-bas, parfois au creux de sa poche ou dans ce portable qu'il consultait quelques fois. On ne l'appelait guère mise à part cette femme peintre toujours attachée à cette amitié qu'elle garantissait de pure. Les autres, de temps en temps. Personne ne savait où il était ni dans quel endroit il se rendait. Lui même n'en avait aucune idée. A quoi bon savoir ce que l'on veut ignorer.
Il marchait par les routes, tatouait la nature sur des feuilles blanches. Son quotidien lui suffisait, n'étant pas parti seul n'ayant de compte à rendre à personne, sauf à ces gentils animaux que l'on nomme chien, à cet oiseau que l'on appelle perroquet.

GuyR.

 

display_thumbnail

grand chose en ce qui concernait sa santé. Ses blessures se refermaient proprement, tandis que l'animal se nourrissait avec envie et abondance. C'était bon signe. Chacun était satisfait. A présent il fallait laisser faire le temps pour guérir, comme après chaque blessure. Certaines sont difficiles à cicatriser, d'autres ne laissent que peu de trace.
Nicolas prit l'habitude de veiller, d'accompagner le rapace vers les jours meilleurs.
Plusieurs semaines passèrent. Les infirmiers de l'oiseau furent contraint de poser un nom sur chaque animal rencontré depuis cette aventure qui n'en finissait pas, dont ils se savaient dépositaires. Lors d'une réunion dans la grotte de l'aigle, Nicolas se soumit à ce rite nécessaire pour reconnaître celui-ci ou celui-là.

GuyR.

 

Le Peuple des Lumières

Roman Aventure

 Suite de P'tit Tom

 

Tu sais petit, lorsque tu lèves les yeux vers l'immensité entourant la terre, que vois-tu si ce n'est que le côté sombre de la vie, un néant que tu penses sans âme.
Ne le crois pas. Sur chaque étoile tout est vie, bonheur et souffrance, joie et tristesse, comme sur la terre.


Chaque nuit et journée passées près de l'aigle blessé nous persuadait de

l'intérêt qu'il nous portait. Les hommes n'étaient pas inquiets pour son avenir, ne craignant plus 

*

*

display_thumbnail
product_thumbnail
Couverture
display_thumbnail
display_thumbnail
product_thumbnail.php
Léon_Pattedeff_
detail_21842646
Couverture_1_Ces_Amants_là
Couverture_Tibet
Princesse_2

À paraître

À paraître

Paru

À Paraître

La Route du Destin 

Le Retour d'Arthur

 

 

 

9378428-armoiries-casque-héraldique-en-format-vectoriel