Logo letter

L'enfant au chien gardait son bien,

L'ami qui dormait contre son sein.

Elle priait fort pour tous les siens,

Ceux de là-bas, l'espoir, sinon rien.

 

Il pleuvait toujours sur son soleil,

Dans son coeur, où coulait le miel.

La fièvre avait bien quitté son ciel,

Le jour béni de son profond réveil.

 

L'enfant jouait, aux rêves d'antan,

Comme un vent, dans les champs.

Un chaton partageait leurs temps,

Leurs nuits, leurs espoirs d'avant.

 

Le rêve terminé, la joie est revenue,

Comme un soupir, son jouet perdu.

L'histoire n'aurait pas été connue,

Sauf par cette enfant qui y  survécu.

 

GuyR.

Elle est bien faite de tendresse,

Un doux amour, de délicatesse.

Sous le toit de vielles ardoises,

Règne la joie, la paix des sages.

 

Nous y vivons, tel des pigeons,

Roucoulant le jour en chanson,

La nuit, sous l'édredon si doux,

Vivant de baisers les plus fous.

 

Nos nuits sur le pas de la porte,

Mille étoiles nous transportent.

Naviguant dans ce rêve ancien,  

Un voyage infini, et si lointain.

 

Dans le petit kiosque on s'assit,

Pour la douce musique de nuit.

Sa joue sur mon épaule, posée,

Elle fredonne, ma bien-aimée.

 

Sa douce main dans la mienne,

Je susurre ces mots;  je t'aime.

Un oiseau nocturne se pose, là,

Avant le matin, regarde sa joie.

 

Les étoiles éclairent notre nuit,

Telles cent mille et une bougies.

Devant nos yeux danse une fée,

Ses ailes de lumière déployées.  

 

GuyR.

 

 

Et si c’était le vent qui m’apportait les réponses ?

Je courrais jusqu’à l’aurore

Pour l’entendre chanter dans mes cheveux …

Et si c’était le ciel qui m’apportait les réponses ?

Je scruterais l’horizon

Jusqu’à faire pleurer mes yeux

Et dans les étoiles, je chercherais ma voie …

Et si c’était la terre qui m’apportait les réponses ?

J’interrogerais les délicats parfums des fruits

Et je volerais de fleur en fleur

Telle une abeille laborieuse …

Et si c’était dans le torrent que je trouvais les réponses ?

Je suivrais son cours voluptueux

Pour en décoder la voix ….

Mais dans mon cœur sont enfouies des questions…

Dans ton cœur seul … résident les réponses …

Beaucoup trop loin pour être entendues

Beaucoup trop difficiles pour être comprises …

 

Chris Foglia

Ta tête posée sur mon sein, je crois encore au destin.

Mes lèvres sur ton front embrassent la vie.

Ton corps repose dans tes rêves, aussi dans les miens.

Ma main caresse ton sein ,ignorant l'ennui. 

 

Ton souffle léger léchant ma peau humide me rassure.

Ta bouche entrouverte m'offre tes baisers.

Ta cuisse glissant sur la mienne invite le soupir qui dure.

Tes doigts sur mes reins me donnent à rêver.

 

Comme deux moineaux au fond de leur nid si douillet

Nous reposons nos ardeurs du printemps,

Ecoutant nos coeurs murmurer en silence ce bel été

La nuit à peine éloignée glisse sur le vent.

 

Comme deux tourtereaux en quête de l'absolu bonheur

Nous rêvons notre bel amour en silence

Cherchant dans nos yeux la folie de nos deux coeurs

Ecoutant l'espoir de croire en la chance

 

GuyR.

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

s-l1600
8323502-pont-en-bois-au-dessus-de-la-riviere-dans-le-parc-de-la-ville

La petite fille au chien

La fille aux cheveux d'or

Elle se promenait dans les champs,

Comme les étoiles sur le firmament.

Elle était là la fille aux cheveux d'or,

Dans ce pré, belle comme un trésor.

 

Le ciel était aussi bleu que ses yeux,

Le vent délicat comme ses cheveux,

Soulevant son jupon aux tournesols,

Comme un oiseau au-dessus du sol.

 

Le chant du vent incitait au voyage,

Refrain des sirènes, à l'enfant sage.

La fille aux cheveux d'or rêve encore

Loin de la ville, triste sombre décor.

 

L'hirondelle compose le printemps,

Telle la symphonie, dans un temps.

Fille aux cheveux d'or court le jour,

Après le vent, poursuivant l'amour. 

 

GuyR.

 

 

 

 Il est une chanson qui existe déjà.

Et oui, celle du petit pont de bois.

Il faut le franchir, de quelques pas,

Atteindre le chemin qui mène à toi.

 

Une fois atteint l'autre côté, là-bas,

Il est l'espoir de nous rejoindre, là.

Lui, tout près, le petit pont de bois,

Lui, témoin de nos premiers émois.

 

Un jour je te couvrirais de jolie soie,

Habit de lumière, et de grande joie,

Rayon de soleil comme le fut le roi,

Si doux silence, tes yeux en ma loi.

 

Un rayon luit puis s'enfuit, tout bas,

Dire, il cachait l'ombre de nos bras.

Le nuage passe, et cache nos voix,

Allié du silence objet de son trépas.

 

GuyR.

 

girl-1467456_960_720

La petite

maison

Chalet_2

Cloé

Cloé_

Matin d'amour

couple-1427863_960_720

Un matin, j'ouvre les yeux.

Tu es là, c'est merveilleux.

Tu me tends tes doux bras,

Tu me murmures, tout bas

 

Des mots d'amour, si doux,

Ton baiser qui me rend fou.

Je prends, amour, tes mains,

Qui portent ce doux parfum.

 

Ton coeur est près du mien,

Je le sens battre, je l'étreins.

Ton corps se colle au mien,

J'espère, en ce si clair matin.

 

GuyR.

letters-632075_960_720
letters-632049_960_720
letters-632076_960_720
letters-632052_960_720
letters-632076_960_720
letters-632073_960_720
letters-632054_960_720
letters-632076_960_720
letters-632045_960_720
letters-632061_960_720
letters-632046_960_720
letters-632069_960_720
letters-632061_960_720
letters-632076_960_720
letters-632062_960_720
letters-632062_960_720
letters-632049_960_720
letters-632060_960_720
woman-591576_960_720
birds-216412_960_720

Comme deux Moineaux

Le petit Pont de bois

La voie des réponses

Poème de Chris Foglia

C'est un chaton bien trognon.

Elle, c' est Cloé, c'est mignon.

C'est une demoiselle, vu son prénom.

C'est un amour quelque soit son nom.

 

Née dans la rue un beau jour,

Présentée comme à une cour.

Regard vers le ciel, soupir vers la vie.

L'écho se fit vers l'infini. C'était écrit.

 

Deux jours ont presque suffit.

Son destin, la lettre qui se lit.

Elle est venue, une âme est de retour.

J'ai reconnu son oeil rempli d'amour.

 

Son esprit est malin, rêveur,

Mais surtout câlin bonheur.

Elle est venue. Ce n'est pas une erreur,

Elle demeurera là, dans notre chaleur.

 

C'est la demoiselle, un prénom.

Une vraie merveille et un don.

Elle va grandir, au creux de la nature,

Ne suis pas pressé. Il faut qu'elle dure.  

 GuyR.

 

 

 

 

 

 

RECUEILS de POÈMES

et

PETITES HISTOIRES

14bea6_6a8d776a358f4f9e2fc1672de8787bca
14bea6_6a8d776a358f4f9e2fc1672de8787bca
Couverture
Couverture_poèmes
Couverture_Petites_histoires
Couverture_Petites_histoires_-_copie_copie